Sport

Aubervilliers : du sport pour rapprocher jeunesse et police

Des activités sportives encadrées par des fonctionnaires de police : le Prox de l’association Raid aventure a permis ce mercredi à des centaines de jeunes de découvrir les forces de sécurité sous un nouvel angle.

« La police, c’est cool. Mais moi, je ne suis pas assez sportif pour ce métier, lance Samuel, 8 ans, en achevant une série d’exercices physiques. J’ai fait cinq pompes, j’ai couru, rampé et sauté… C’est trop lourd ! », souffle l’enfant, tonfa en main, en tapotant sur un gilet par balles trop grand pour lui.

Accompagné de sa mère, il est venu ce mercredi de La Courneuve pour participer à la rencontre « Jeunes-Police » organisée à Aubervilliers par l’association de policiers bénévoles Raid Aventure.

Le « Prox », le nom donné à cette journée déclinée depuis deux ans dans de nombreuses villes d’Ile-de-France, a lieu cette fois au square Stalingrad. Le principe : des activités sportives (foot, boxe, escalade…) encadrées par des représentants des forces de sécurité. « Il y a une défiance des jeunes à leur égard et vis-à-vis de l’autorité en général. C’est l’occasion de se rencontrer, de se dire les choses et de se rapprocher dans un cadre ludique », explique Himad Bedjaoui, chargé de la prévention et du suivi de la délinquance à Aubervilliers.

Son service mène des actions toute l’année et a souhaité faire venir les bénévoles du Prox à Aubervilliers, avant d’organiser le 26 octobre une course d’orientation en forêt, encadrée là aussi par des fonctionnaires de police. « Il faut reprendre le dialogue avec ces jeunes. Etre policier, ce n’est pas que faire de la répression. Le travail de proximité, d’explication, est tout aussi important », affirme Quentin Gourdin, brigadier-chef et porte-parole de Raid aventure.

Avec les journées que son association organise dans les quartiers, il assure que « le discours change. Pas pour tout le monde, on n’est pas naïfs. Mais il y a une meilleure compréhension. Dernièrement, on a recroisé deux jeunes. Ils étaient devenus cadets de la République ! On ne dit pas que c’est grâce à nous, mais c’est symbolique », sourit le gardien de la paix.

Plus loin, Ryan, 12 ans, termine une partie de foot avec ses copains du centre de loisirs. Lui n’a pas besoin d’être convaincu : adulte, il intégrera « le GIGN ou le Raid ». « Les policiers sont là pour faire respecter la loi. Il y a des jeunes qui s’en méfient, mais c’est peut-être qu’ils ont des soucis à régler ! », glisse le jeune garçon.

LP/F. Ni.

Florian Niget  leparisien.frAubervilliersjeunessepoliceRaid aventure

En savoir plus sur :

                

Most Popular

To Top