Internet

Bagnols : "Sur internet, il faut être paranoïaque"

U n policier est intervenu devant des classes de 5e au collège Gérard-Philipe.

IElscyBzb250IHRy6HMg4CBsJ2Fpc2UgcG91ciB1dGlsaXNlciBpbnRlcm5ldCBtYWlzIGlscyBzb250IHRvdWpvdXJzIGF1c3NpIGluY29uc2NpZW50cyBkdSBkYW5nZXKULCBlc3RpbWUgU3TpcGhhbmUgRnLpZ2llcnMuIExlIGRpcmVjdGV1ciBkdSBjZW50cmUgbG9pc2lycyBqZXVuZXNzZSBkZSBsYSBwb2xpY2UgbmF0aW9uYWxlIOAgTu5tZXMgZXN0IGludGVydmVudSBjZSBqZXVkaSBhdSBjb2xs6GdlIEfpcmFyZC1QaGlsaXBlLCDgIEJhZ25vbHMsIGF1cHLocyBkZXMg6WzodmVzIGRlIDVlIGV0IGRlcyBjbGFzc2VzIFVsaXMgKFVuaXTpcyBsb2NhbGlz6WVzIHBvdXIgbCdpbmNsdXNpb24gc2NvbGFpcmUpIHBvdXIgbGV1ciBwYXJsZXIgZGVzIGRhbmdlcnMgZCdpbnRlcm5ldC4gIExlcyDpY2hhbmdlcyBhdmVjIGxlcyBjb2xs6WdpZW5zIHBvdXJyYWllbnQgZmFpcmUgcGVuc2VyIHF1J2lscyBzb250IHBsdXMgYXZlcnRpcy4uLg==

Ils sont très à l'aise pour utiliser internet mais ils sont toujours aussi inconscients du danger”, estime Stéphane Frégiers. Le directeur du centre loisirs jeunesse de la police nationale à Nîmes est intervenu ce jeudi au collège Gérard-Philipe, à Bagnols, auprès des élèves de 5e et des classes Ulis (Unités localisées pour l'inclusion scolaire) pour leur parler des dangers d'internet.

Les échanges avec les collégiens pourraient faire penser qu'ils sont plus avertis qu'avant sur ce genre de problématique. Or, il n'en est rien. “Ils posent toujours le même genre de questions”, constate le policier. Ainsi, pour certains d'entre eux, le premier danger auquel expose internet, c'est le virus…

Durant son intervention, Stéphane Frégiers martèle le principe de méfiance. Il va même jusqu'à dire : “Quand on est sur internet, il faut être paranoïaque, c'est-à-dire se méfier de tout.”

Des responsabilités aussi

Pour les adolescents, internet est un espace où l'on va chercher de la musique, des vidéos, des informations. Bien sûr, c'est aussi l'accès aux réseaux sociaux. Après avoir rappelé qu'on ne sait pas forcément à qui on a affaire, lors d'un jeu en ligne ou en “tchatant”, et donc qu'on peut être victime de “prédateurs”, le policier a indiqué qu'en allant sur la toile, les utilisateurs engagent aussi leur responsabilité, sinon celle de leurs parents quand ils sont mineurs. Certains des collégiens présents ont reconnu avoir ouvert un compte Facebook alors qu'ils n'avaient pas encore l'âge légal de 13 ans pour cela. Et parfois en toute connaissance de cause de la part des parents…

Le policier a adressé une autre mise en garde : internet est aussi une plateforme commerciale. “On vous voit comme un porte-monnaie. On va vous encourager à consommer.” Un adolescent a reconnu avoir acheté un jeu en ligne : “Ça m'a coûté deux mois d'argent de poche et je ne peux même pas m'en servir : ce n'est pas compatible avec mon système.”

"Garder l'esprit critique"

La vigilance doit s'exercer à tous les niveaux : garder l'esprit critique par rapport à ce que proposent les moteurs de recherche. Éviter ensuite de se contenter du copier-coller. D'abord parce que ce n'est pas ce qu'attend l'enseignant, ensuite parce qu'on peut se rendre coupable de plagiat et tomber sous le coup de la loi. Les téléchargements peuvent être illégaux mais aussi les propos déplacés (menaces, insultes, remarques racistes ou sexistes…). Attention aussi à la mise en ligne d'images privées qui peut être constitutive d'un harcèlement. “En résumé, Internet est un espace de liberté mais la liberté d'expression a ses limites.” L'énoncé des peines encourues, lourdes, a, à chaque fois, édifié les jeunes collégiens.

Jérôme Bassier, principal adjoint du collège, a rappelé que cette intervention s'est faite dans le cadre des journées nationales de la sécurité. “Mais nous travaillons toujours avec la police, la gendarmerie et des associations sur les problématiques de prévention. “Génération numérique” viendra en décembre. Elle proposera également une réunion à l'attention des parents.”

Il vous reste 85% de cet article à lire Cet article est reservé aux abonnés Déjà abonné ? se connecter Midi Libre en illimité sur tous vos écrans

Le journal disponible dès 6h + l'accès en continu à la zone premium + l'édition spéciale du soir en exclusivité.

Abonnez-vous à partir de 1€

En savoir plus sur :

                

Most Popular

To Top