Référencement

Bernard Gauthier réclame l'abolition du service de référencement de ..

Le syndicaliste Bernard «Rambo» Gauthier, acquitté vendredi d'avoir passé outre le service de référencement de la main-d'œuvre dans l'industrie de la construction à deux reprises, a réclamé l'abolition de ce système.

Le représentant de l’Union des opérateurs de machinerie lourde sur la Côte-Nord était accusé d’avoir référé de la main-d’oeuvre autrement que par le service de référence de la Commission de la construction du Québec.

L'un des deux événements qui lui étaient reprochés était survenu le 26 septembre 2013, soit 17 jours après la date d’entrée en vigueur de la loi R-20 qui obligeait les employeurs et associations syndicales d’utiliser la plate-forme internet de la CCQ pour faire de la référence de main-d’œuvre

Le syndicaliste a finalement été acquitté par le juge François Paré de la Cour du Québec dans une décision de 14 pages.

En entrevue à TVA Nouvelles, le principal intéressé a dénoncé une «chasse aux sorcières organisée contre les leaders syndicaux qui se défendent et qui défendent leurs travailleurs» par la Commission de la construction du Québec (CCQ).

«C’est ça la CCQ d’aujourd’hui. Ça ne peut pas continuer comme ça. C’est du harcèlement, c’est de l’acharnement, ça n’a aucun sens», a ajouté Bernard Gauthier.

Selon le syndicaliste, le service de référence de la CCQ n’est que très peu utilisé dans l’industrie de la construction. Il s’agit d’une perte d’argent et de temps selon lui.

«Nos centrales syndicales, il va falloir qu’elles se réveillent. Il va falloir leur rentrer dedans. C’est bien beau que ce soit un système parrainé par le gouvernement, mais c’est nous qui payons pour», a-t-il dénoncé.

Depuis l’adoption de la loi R-20 il y a quatre ans, trois personnes ont été déclarées coupables de référence illégale selon des données recueillies auprès de la CCQ. Deux autres dossiers sont toujours devant les tribunaux.

Most Popular

To Top
Secured By miniOrange