Commerce

Commerce international: pourquoi la France écrase l'Allemagne ..

Qui n'a jamais entendu dire que l'Allemagne est une championne des échanges commerciaux? Ses performances sont toujours aussi impressionnantes années après années. En 2016 par exemple, le solde de sa balance commerciale, autrement dit la différence entre ses exportations et importations de marchandises, affichait un excédent de plus de 255 milliards d'euros, le plus importante d'Europe. La France, à la traîne, enregistrait à nouveau un déficit de 67 milliards d'euros.

Mais le commerce international ne concerne pas que les marchandises. Les pays s'échange aussi des services et en la matière la France est loin d'être mauvaise. Elle figure même parmi les premiers de la classe. En 2016, elle affichait un excédent de 18 milliards d'euros. Certes, ce niveau est en baisse depuis 2012 (31 milliards d'euros), ce qui lui a coûté sa place sur le podium européen au profit du Luxembourg, mais elle occupe tout de même la 4e place, selon une étude publiée ce jeudi par l'Insee.

L'Allemagne, elle, enregistre des performances bien moins glorieuses, contrairement aux échanges de marchandises, elle ne dégage pas d'excédent mais affiche un déficit de 21 milliards d'euros en 2016 et occupe ainsi... l'avant dernière place (24e) du classement européen. Pourtant, elle a réduit son déficit de 12 milliards d'euros depuis 2012, époque où elle était à la dernière place.

Le tourisme un boulet pour l'Allemagne, un atout pour la France

Cette différence de performance s'explique en grande partie par le rôle du tourisme au sens large dans chacune des deux économies. À lui seul, le secteur dit des "voyages"* représente plus de 70% de l'excédent français en 2016. Sans l'attractivité de la Tour Eiffel et de la Côte-d'Azur, le solde des échanges de services français n'aurait pas la même allure. 'excédent global représente 0,8% du PIB, mais sans les "voyages", il ne serait plus que de 0,2%.

C'est tout l'inverse de l'Allemagne. La République fédérale affiche un déficit qui représente 0,7% de son PIB. Pourtant, elle est le deuxième pays exportateur de services en Europe, derrière le Royaume-Uni et devant la France. Le problème est que son secteur des "voyages" accuse un déficit de 38 milliards d'euros en 2016. Si on l'exclut, son solde des échanges de services devient positif de 0,5 point de PIB.

Le tourisme est un véritable boulet pour l'Allemagne, alors que c'est un atout majeur pour la France. Entre 2012 et 2016, le secteur a vu son excédent se replier de 8 milliards d'euros dans l'Hexagone. Selon l'Insee, la France a subi les "progrès de l'offre touristique des grands pays voisins", autrement dit une hausse de la concurrence, auxquels s'est ajouté l'impact "des attentats terroristes perpétrés en France en 2015 et 2016" à Paris et à Nice notamment.

Les effets des attentats sur le secteur commencent à s'atténuer. En 2017, la France a dégagé 8 milliards d'euros d'excédents supplémentaires, dont la moitié résulte d'un regain du tourisme. Le solde global des échanges de services est positif de 26 milliards d'euros cette année-là. La France repasse ainsi devant le Luxembourg, qui a réalisé 23 milliards d'euros d'excédents.

*Selon l'Insee, le concept de "voyage" est plus large que celui du tourisme, car ce dernier ne couvre pas certaines catégories (comme les achats et ventes de services par les travailleurs transfrontaliers, les saisonniers, etc.), ni les excursionnistes.

Click to comment

You must be logged in to post a comment Login

Most Popular

To Top