Mode

Depeche Mode inaugure la Metropole Arena de Bordeaux

Envoyée spéciale à Bordeaux,

À peine leur jet privé posé sur le tarmac mardi 23 janvier, la ville de Bordeaux a prouvé au groupe anglais Depeche Mode qu'elle savait recevoir les artistes internationaux. Au programme: visite privée dans les vignes avec halte au Château Lafitte puis au Château Margaux. Puis repos avant de monter sur scène, ce mercredi soir.

Si les Rolling Stones ont inauguré cet automne la U Arena près de Paris, Depeche Mode aura été le premier groupe à jouer dans la sublime salle de la Metropole Arena. Niché sur la rive droite de Bordeaux à Floirac à dix minutes en taxi de la gare Saint-Jean, le lieu dessiné par l'architecte star Rudi Ricciotti (qui a signé le Mucem de Marseille) est d'ores et déjà l'une des plus belles salles de concert de France. De loin, elle ressemble à un galet blanc posé à côté de la Garonne. De près, on dirait un vaisseau de Star Wars. Une impression qui se renforce à l'intérieur où les murs sont arrondis, légèrement penchés vers l'extérieur et laissent passer des bancs de lumières multicolores.

À 17h20, les fans agglutinés derrière les barrières s'agitent. Le maire LR Alain Juppé arrive sur le parvis pour couper le ruban blanc bleu rouge encadré de Jérôme Langlet, président de Lagardère Live Entertainment qui gère la salle et de Rudi Ricciotti. «Depecheuuu modeuuu», hurlent les fans. «Beckam président!» Face à la foule, un adjoint du maire crie hilare «à poil!!!!». Grand succès du côté des barrières. Rudi Ricciotti venu spécialement de sa propriété dans les calanques de Cassis précise: «ici, tout est bordelais, à commencer par le béton. Je ne fais pas venir de la ferraille de Chine ou du Bangladesh ou toutes ces conneries. C'est ma septième salle de concert depuis 1990, un bloc noir à Vitrolles qui avait fait scandale. J'en ai une autre en cours à Aix-en-Provence et une dernière à Gstaad, en Suisse. Chacune est différente et a son acoustique propre.»

Au salon VIP, les maires de Blanquefort, Parempuyre, Ambares, Martignas et de plusieurs autres communes de la Métropole trinquent joyeusement en savourant de délicieuses gauffres iodées au tartare de saumon. «Depuis Chaban, on travaille en collectif même si on est de bord différent», assure Jean-Pierre Turon, maire PS de Bassens, là où se trouve le port commercial de Bordeaux. Une dame blonde enjouée est particulièrement saluée. C'est Conchita Lacuey, ancienne députée-maire PS de Floirac. C'est elle qui a lancé le projet de l'Arena. À 20h45 pile, le noir se fait et Depeche Mode entre en scène dans une forêt de lumière blanche. Les 11.300 spectateurs hurlent de joie. Dehors, les lumières d'un chantier au pied de la Garonne se sont éteintes. Dans deux ans, un pont majestueux signé par l'architecte hollandais Rem Khoolaas et baptisé Simone-Veil surplombera les 400 mètres de large de la Garonne pour arriver pile sur l'esplanade de l'Arena. «Le projet sera alors complètement finalisé, ce sera magnifique», assure le maire Jean-Jacques Puyobrau.

Most Popular

To Top