Actualité

Des fouilles pourraient relancer l'affaire Seznec

Près d'un siècle après le début de l'affaire Seznec, le mystère reste entier. Depuis samedi matin, des fouilles ont commencé dans la maison où vivait la famille Seznec à Morlaix, dans le Finistère. Des recherches pour tenter de retrouver le corps de Pierre Quémeneur, disparu en 1923 et qui n'a jamais été retrouvé depuis.

Après plusieurs heures de fouilles, un os a été retrouvé. «Ca pourrait être un os humain, peut-être une tête de fémur», a précisé le procureur arrivé sur les lieux plusieurs heures après le début de fouilles, ajoutant qu'«une photo en a été prise» et «a été transmise au médecin légiste». Un morceau de pipe a été également retrouvé. Apès cette découverte, «la PJ de Rennes a été saisie» et les «fouilles ont été bloquées». Selon le procureur, «d'autres fouilles vont être menées» sous le contrôle de la police et de la justice».

Pierre Quémeneur aurait disparu au cours d'un voyage d'affaire entre la Bretagne et Paris. Un déplacement qu'il faisait avec Guillaume Seznec. Étant le dernier à l'avoir vu en vie, ce dernier devient rapidement le principal suspect. Parmi les preuves le désignant, une machine à écrire retrouvée dans sa scierie. C'est celle-ci qui aurait servi à fabriquer une fausse promesse de vente en sa faveur pour une propriété de Pierre Quémeneur à Plouvirio, dans les Côtes-d'Armor.

» LIRE AUSSI - Ces quatre affaires emblématiques de l'incertitude judiciaire

Guillaume Seznec a été condamné en 1924 au bagne à perpétuité pour le meurtre de Pierre Quémeneur. Pourtant, ce dernier n'a jamais avoué, même après sa condamnation. Il sera finalement gracié par le Général de Gaulle en 1946 puis libéré en mai 1947. Mais, même après sa mort en 1954, sa famille continuera de se battre pour le réhabiliter. Finalement, l'affaire sera clôturée en 2006 par la justice. À l'époque, la Cour de cassation a estimé qu'il n'existait aucun élément nouveau permettant de faire douter la culpabilité de Guillaume Seznec.

Des fouilles «privées»...

Ces nouvelles fouilles ne sont d'ailleurs pas ordonnées par la justice. «Il s'agit de fouilles privées», a précisé Denis Langlois, avocat entre 1976 et 1990 de la famille de Guillaume Seznec. Une dizaine de bénévoles participent aux opérations, avec l'aide d'une tractopelle. La propriétaire de la maison, actuellement inoccupée, a donné son autorisation pour que des fouilles soient menées dans l'ancienne cave et l'ancien cellier, selon les initiateurs des travaux. «On peut ne rien trouver, trouver des objets ou trouver des ossements», explique Bertrand Vilain, 55 ans, auteur d'un livre sur l'affaire et coordinateur des fouilles.

Ces nouvelles recherches sont motivées par la révélation, dans un ouvrage paru en 2015, du témoignage inédit d'un des enfants du couple Seznec, âgé de 11 ans au moment des faits. Il a été enregistré en 1978 par l'un de ses neveux. En ce jour de mai 1923, «Petit-Guillaume» raconte avoir entendu sa mère repousser les avances d'un certain «Pierre», puis avoir vu Quémeneur par terre et sa mère debout devant lui. «Je crois qu'elle a dû se défendre et le frapper à la tête», racontait-il, selon le récit qu'en a fait Denis Langlois dans Pour en finir avec l'affaire Seznec.

Et controversées

En 2015, Denis Langlois avait demandé au procureur de Brest de faire procéder à des investigations dans l'ancienne maison familiale pour savoir si le corps y était enfoui. Le procureur avait rejeté cette demande, estimant qu'elle ne pouvait émaner que du condamné, de ses descendants ou des autorités judiciaires compétentes. «Si des ossements ou des objets concernant l'affaire Seznec sont découverts, nous avertirons la gendarmerie et le procureur», a indiqué Denis Langlois. «Une procédure de révision du procès de Seznec serait alors certainement mise en route», a-t-il ajouté.

Ces fouilles n'ont pas reçu le soutien de Denis Seznec, 71 ans, petit-fils de Guillaume Seznec, qui se bat depuis des années pour faire reconnaître l'innocence de son grand-père. «C'est absurde, je n'y crois pas du tout», a déclaré Denis Seznec. «Cette piste est faite pour nous nuire. Le témoignage (de «Petit-Guillaume», ndlr), c'est une invention pure de Langlois», a-t-il avancé. «Qu'ils creusent, qu'ils fouillent, qu'ils détruisent, je m'en fous, c'est ridicule», a-t-il ajouté.

Most Popular

To Top
Secured By miniOrange