Mode

Guy Novès en mode combat avant la tournée de novembre

S'il a semblé un temps fragilisé par ses résultats et une hiérarchie pressante, le sélectionneur des Bleus réaffiche aujourd'hui son éternelle pugnacité.

Union sacrée ? Vous rig- olez. À un mois, jour pour jour, du début des tests d'automne, passons sous silence la divertissante hypocrisie qui régit les relations publiques entre le président de la FFR Bernard Laporte et le sélectionneur Guy Novès depuis que le premier est devenu le patron du second. Leur cohabitation, par sa longueur, déjoue déjà les pronostics les plus optimistes.

On pensait toutefois le sélectionneur affaibli -sur la sellette même- par la triple déculotté sud-africaine, au mois de juin en tournée. C'était insulter le sens politique aigu de l'ancien manager rouge et noir. « Guy ? Il a toujours un coup d'avance », nous glissait-on samedi à Toulouse, du côté d'Ernest-Wallon. Sa situation a-t-elle changé notamment suite aux révélations de l'affaire Laporte ? Dans l'affichage non. D'ailleurs, le patron du sportif en équipe de France n'a jamais pris la parole (ni été interrogé) sur les soucis de son président. Un silence inimaginable dans le football, par exemple, mais qui ressemble à ce milieu.

<

p class="intertitre">Le mail de Serge Simon, la réponse de l'avocat

La trêve estivale du sélectionneur n'a quand même pas été aussi vide que son sillage médiatique le laisse penser. Il a d'abord géré le dossier de la préparation physique des internationaux. Il était notamment à Ernest-Wallon le 18...

Il vous reste 80% de cet article à lire.

En savoir plus sur :

                

Most Popular

To Top