Actualité

Le Cac 40 freiné par les banques avant JPMorgan et Citi

La Bourse de Paris s'inscrit en légère baisse au lendemain de « minutes » de la Fed jugées inhabituellement prudentes, tout en attendant le lancement de la saison des résultats trimestriels aux Etats-Unis, traditionnellement inaugurée par les grandes banques. JPMorgan Chase et Citigroup seront sur le pont avant l’ouverture de Wall Street, avant Bank of America et Wells Fargo demain.

A 10h20, le Cac 40 cède 0,22% à 5.350,39 points dans un volume d’affaires de 395 millions d’euros. Ailleurs en Europe, le Footsie londonien et le Dax de la Bourse de Francfort oscillent autour de l’équilibre.

La Fed divisée face à une faible inflation

Les traders prennent acte de l’engagement réitéré par la Fed dans les « minutes » de sa réunion de septembre à poursuivre la normalisation de sa politique monétaire. Ce compte-rendu est cependant perçu comme « dovish » en raison des craintes manifestées par les membres du comité de politique monétaire que la faiblesse de l’inflation ne soit pas seulement « passagère ». Le conseil est par ailleurs divisé sur la réponse à apporter, Charles Evans, de la Fed de Chicago, et Robert Kaplan, de l’antenne de Dallas, ont notamment récemment estimé qu’il était trop tôt pour décider d’une hausse des taux en décembre.

En conséquence, la devise américaine évolue sur des plus bas de deux semaines face aux principales devises, tandis que l’euro flirte avec 1,19 dollar. Soutenue par l’apaisement temporaire dans le dossier catalan, la monnaie unique devrait par ailleurs réagir aux chiffres de la production industrielle de la zone euro en août, attendue en hausse de 0,6% après +0,1% en juillet. Les cambistes surveilleront également la statistique des prix à la production de septembre aux Etats-Unis et les traditionnelles inscriptions hebdomadaires au chômage.

Quid des stocks pétroliers américains ?

Sur le front des matières premières, le baril de Brent de la mer du Nord se négocie autour de 56,65 dollars, en baisse de 0,5% par rapport à son niveau de clôture d’hier à New York. Les stocks de brut ont augmenté de 3,1 millions de barils aux Etats-Unis la semaine dernière, selon les données de l’association professionnelle American Petroleum Institute. La statistique officielle du Département de l’Energie sera publiée à 17 heures. Le consensus établi par Bloomberg table sur une contraction de 2 millions de barils des réserves de brut et sur une baisse de 172.000 unités de celles d’essence.

Les banques reculent, Essilor plombé par Raymond James

Les trois grandes banques du Cac 40 plient à l’approche des résultats trimestriels de leurs homologues américaines. Les analystes estiment que leurs revenus de trading devraient avoir pâti d’une forte baisse des volumes de transactions.

Essilor accuse la plus forte baisse du Cac 40. Raymond James a abaissé ses estimations de chiffre d’affaires annuel et de bénéfice par action du groupe pour 2017 en citant notamment les perturbations liées aux ouragans aux Etats-Unis. Le broker, qui estime que l’Amérique du Nord devrait représenter environ 49% des ventes d’Essilor cette année et près de 57% de celles de Luxottica, a abaissé son objectif de cours de 126 à 123 euros sur le premier et de 58 à 57 pour le second.

Parmi autres les notes d’analystes, Mainfirst a entamé la couverture de Sanofi à « sous-performance » pour viser 78 euros. HSBC a dégradé JCDecaux de « conserver » à « alléger » avec un objectif de cours de 27 euros.

Havas s'adjuge près de 4% après un plus haut de séance à 9,382 euros. Vivendi, qui détient désormais 96,3% du capital de l'agence, a annoncé avoir lancé une offre publique de retrait sur sa filiale suivie d'un retrait obligatoire au prix unitaire de 9,25 euros.

En savoir plus sur :

                

Most Popular

To Top