Santé

Les Etats-Unis, une superpuissance au système de santé impuissant

«Bonne année à la meilleure nation sur Terre : L’AMÉRIQUE !» Dans ses vœux aux Américains, le 1er janvier, Donald Trump a joué la carte de la fierté nationale. Des républicains aux démocrates, du président au simple élu local, c’est presque une figure imposée de la vie politique : affirmer, haut et fort, la supériorité des Etats-Unis. En matière de santé, le pays a certes des atouts à faire valoir. Sa recherche médicale demeure une référence mondiale, dotée de financements sans pareil (bien qu’en baisse), source d’innombrables avancées et récompensée de multiples prix. Avec 45 % des lauréats, les Etats-Unis dominent ainsi outrageusement le palmarès du prix Nobel de médecine.

Profits massifs

Cette suprématie s’accompagne toutefois d’une sombre réalité : les Etats-Unis ont des indicateurs de santé indignes de leur statut de première puissance mondiale. L’espérance de vie a reculé en 2016 pour la deuxième année consécutive, du jamais-vu depuis les années 60. Principale explication : la crise des opiacés, qui continue de faire des ravages dans le pays. En 2016, 64 000 personnes sont mortes d’overdose de drogue ou de médicaments, un chiffre en hausse de 21 %. Deux décès sur trois impliquaient des opiacés.

Un enfant américain né en 2016 vivra en moyenne 78,6 ans. Cela place les Etats-Unis aux alentours de la trentième place mondiale, quelque part entre Cuba et le Qatar. En comparaison, un enfant né en France a une espérance de vie de 82,8 ans et la moyenne de l’Union européenne se situe à 80,9 ans, près de trois années de moins que le Japon (83,7 ans), qui détient la palme de la longévité.

Dans les classements internationaux, deux autres indicateurs font souvent référence pour évaluer la qualité du système de soins : mortalité maternelle (décès d’une femme au cours de la grossesse ou dans un délai de 42 jours après l’accouchement) et mortalité infantile (décès d’un enfant avant l’âge de 1 an). Là encore, les Etats-Unis affichent de piètres résultats. Selon le dernier classement établi en 2015 par l’Organisation de coopération et de développement économique (OCDE), le pays s’est classé 33e sur 35 pays membres en matière de mortalité infantile, devançant uniquement la Turquie et le Mexique.

Comment la superpuissance, qui consacre 16 % de son PIB (record mondial) à ses dépenses de santé, est-elle devenue le cancre des pays développés ? Le mode de vie et les habitudes alimentaires des Américains y contribuent de toute évidence. Près de sept adultes sur dix sont en surpoids, dont 38 % sont obèses (le double du taux moyen des pays de l’OCDE). 115 millions d’Américains souffrent de diabète ou de prédiabète. Certains experts pointent aussi du doigt la congestion des hôpitaux. Selon les chiffres officiels, les Etats-Unis disposent de 2,9 lits pour 1 000 habitants, contre plus de 13 au Japon, 6,1 en France et 4,7 en moyenne au sein de l’OCDE.

Toutefois, la faiblesse majeure du système de santé américain lui est intrinsèque. Fondé sur l’économie de marché et la concurrence, il repose principalement sur le secteur privé. Dotés d’un pouvoir colossal, les assureurs et les géants pharmaceutiques engrangent des profits massifs. Et financent généreusement les campagnes électorales pour protéger leur juteux marché.

L’épidémie des opiacés est de ce point de vue révélatrice : grâce au laxisme des autorités de régulation et à la complicité de médecins et de grandes chaînes de pharmacie, le laboratoire Purdue Pharma a pu inonder les Etats-Unis de centaines de millions de pilules d’Oxycontin, présenté à tort comme non addictif. La famille Sackler, qui possède Purdue Pharma, a rejoint le top 20 des fortunes américaines, avec un empire estimé à 13 milliards de dollars.

Outre ces dérives, le caractère essentiellement privé du système entraîne des inégalités en matière d’accès aux soins. L’absence de couverture universelle fait que des millions d’Américains sont dépourvus d’assurance.

Contraints de négliger leur santé

La réforme de la santé de Barack Obama avait permis de réduire le pourcentage de non-assurés de 18 à 11 %. Il est reparti à la hausse depuis l’élection de Donald Trump, atteignant 12,2 % au troisième trimestre 2017, soit environ 30 millions de personnes. Les efforts de l’administration Trump pour démanteler Obamacare (notamment via la récente réforme fiscale) pourraient faire augmenter de 13 millions d’ici dix ans le nombre de non-assurés.

En l’absence d’assurance (ou d’assurance de bonne qualité), nombre d’Américains modestes sont contraints de négliger leur santé. Cela affecte plus fortement la communauté noire, davantage touchée par la pauvreté. Ce fossé racial, particulièrement fort en matière de mortalité maternelle et infantile, se retrouve également dans la prise en charge du cancer. Qu’il s’agisse du cancer du colon ou du sein, le taux de survie à cinq ans est inférieur de 10 % chez les malades noirs, en raison principalement d’un dépistage à un stade plus avancé.

Frédéric Autran

Most Popular

To Top