Mode

Petite leçon de mode à l'attention de Guillaume Canet

Guillaume Canet a posté ce mercredi un montage photo sur Instagram avec en légende « Rock’n Roll ! ». A gauche, un cliché de Steve McQueen, torse nu, en train de touiller un café, à gauche, une photo extraite d’un défilé où l’on voit un mannequin porter une sorte de top et un short à volant. A droite, la mention « 1960 », à gauche « 2018 ». Un grossier montage censé montrer qu’en 1960, il y avait encore des hommes, des vrais, qui a valu à l’acteur de se retrouver dans la «Page Pute» de Brain Magazine. Petite leçon de mode à l’attention de Guillaume Canet et des quelque 29.000 personnes qui ont « liké » le post.

La photo de Steve McQueen montrée dans ce montage a été prise en 1963 par John Dominis dans la villa de Palm Springs de l’acteur américain. Depuis la fin des années 1950, Steve McQueen est l’un des acteurs les plus populaires aux Etats Unis, et s’apprête à 33 ans, à connaître un de ses plus grands succès avec la sortie du film La Grande Evasion. Le photographe, décédé en 2013, fait découvrir au travers ce reportage de trois semaines l’intimité de la star pour Life Magazine.

Une expérimentation du créateur irlandais J.W Anderson

Si le cliché de Steve McQueen ne date pas de 1960, la seconde photo ne date pas non plus de 2018. Il s’agit en réalité d’un cliché de la collection masculine de J.W. Anderson présentée en janvier 2013 à la Fashion Week de Londres. Le côté efféminé de la collection a précisément pour but de bousculer les codes de la mode masculine et féminine. Dans la vie réelle, il y a peu de chances en 2018 de croiser des hommes en top bustier et short à volant. « Il y a parfois une très grande différence entre le shopping et l'habillement​ », confiait J.W Anderson au moment de la sortie de la collection au magazine Vogue.

Dans ce défilé, le créateur irlandais cristallisait sa vision de la mode, avec comme résultat et comme objectif de diviser l’opinion. « Dans la vie réelle, les hommes ne se promènent pas à pas cadencés dans des bâtiments abandonnés, vêtus de knickerbockers à froufrous au son du hip-hop d’Angel Haze », ironisait alors la journaliste de Vogue.

Most Popular

To Top