Internet

Pourquoi Stripe arrête le paiement en bitcoin

À l'heure où Goldman Sachs se prépare à ouvrir une table de négociation consacrée au bitcoin, Stripe, l'un des nouveaux géants du paiement en ligne, annonce qu'il n'acceptera plus les transactions réalisées avec la plus célèbre des cryptomonnaies. En 2014, la jeune pousse californienne, qui propose une solution clé en main de paiement en ligne très appréciée des startups et TPE, avait été l'une des pionnières à accepter le bitcoin. Son espoir était alors que la monnaie virtuelle « deviendrait un substrat universel, décentralisé aux transactions en ligne » notamment dans les pays où les cartes bancaires sont moins répandues ou présentent des commissions prohibitives.

La folle envolée du cours du bitcoin lui a fait changer d'avis.

« Bitcoin a évolué pour devenir un actif plus qu'un moyen d'échange [...] Bitcoin est devenu moins utile pour les paiements. Le délai de confirmation de la transaction a augmenté de façon substantielle ; cela a conduit à une hausse du taux d'échec des transactions libellées en monnaies fiduciaires. (Au moment où la transaction est confirmée, les fluctuations du cours du bitcoin font que c'est pour le "mauvais" montant.)

En outre, les frais ont beaucoup augmenté. Pour une transaction bitcoin classique, des frais de plusieurs dizaines de dollars sont courants, ce qui rend les transactions Bitcoin à peu près aussi chères que les virements bancaires », a expliqué Tom Karlo, responsable produits chez Stripe, dans un post de blog.

Stripe renvoie vers un graphique  effarant montrant l'explosion des délais de confirmation des transactions, de 30 minutes en août dernier à 1.900 minutes désormais.

D'autres cryptomonnaies à l'avenir ?

La Fintech américaine remarque que ses clients e-commerçants acceptant le bitcoin ont vu leurs recettes en cryptomonnaies se réduire fortement.

« Empiriquement, il y a de moins en moins de cas d'usage pour lesquels accepter ou payer en bitcoin a du sens », observe Stripe.

Stripe cessera de traiter toute transaction en bitcoin le 23 avril.

L'entreprise californienne ajoute qu'elle reste « très optimiste à l'égard des cryptomonnaies en général » et n'exclut pas d'en accepter d'autres à l'avenir, Lightning, OmiseGO, Stellar.

« Il est possible que Bitcoin Cash, Litecoin ou une autre variante de bitcoin atteigne une popularité significative tout en gardant des délais de règlement et des frais de transaction très bas. Le bitcoin lui-même peut redevenir viable pour les paiements dans le futur » avance le responsable produits de Stripe.

C'est malgré tout un mauvais signal pour l'écosystème de la monnaie virtuelle.

« Il y a des signes que le bitcoin est peut-être victime de son succès. C'est une mauvaise nouvelle pour le bitcoin en tant que méthode de paiement », analyse Daniele Bianchi, maître de conférence en finance à la Warwick Business School et chercheur en cryptomonnaies.

« On pourrait y voir le début d'un "crash monumental" suite à un effondrement de la demande. La vérité est que la hausse des coûts et des délais va stimuler l'intérêt pour les cryptomonnaies alternatives plutôt que tuer la demande dans son ensemble. Les déboires sont assez normaux dans des marchés évoluant rapidement, et les cryptomonnaies n'y échappent pas. »

 En attendant, le cours du bitcoin avoisine les 10.900 dollars, contre 1.000 il y a un an et près de 20.000 à son pic en décembre dernier.


Notice: Trying to get property of non-object in /var/www/vhosts/referencez.eu/httpdocs/wp-content/themes/flex-mag/functions.php on line 972

Most Popular

To Top