Sport

Salle de sport à Lunel : le vaste choix

E ntre les structures indépendantes et les franchisées, la palette est multiple pour les Lunellois. Tour de ville.

IEF2ZWMgbGEgZmluIGRlIGxhIHDpcmlvZGUgZXN0aXZhbGUgZXQgbGUgbGFuY2VtZW50IGRlIGxhIHJlbnRy6WUgc2NvbGFpcmUsIGxhIHDpcmlvZGUgYXV0b21uYWxlIGVzdCBhdXNzaSBzeW5vbnltZSBkZSByZW50cullIHNwb3J0aXZlLiBSdW5VcCBGb3JtZSwgS2VlcCBDb29sLCBsJ09yYW5nZSBCbGV1ZSwgVml2YSBGaXRuZXNzLCBDcm9zc0ZpdCAyIEZy6HJlcywgVml0YSBMaWJlcnTphSBpbCB5IGEgbCdlbWJhcnJhcyBkdSBjaG9peCDgIEx1bmVsIHBvdXIgYXR0YXF1ZXIgc2EgcmVtaXNlIGVuIGZvcm1lLiBFdCBjJ2VzdCBzYW5zIGNvbXB0ZXIgbGVzIG5vbWJyZXVzZXMgYXNzb2NpYXRpb25zIHNwb3J0aXZlcyBxdWUgY29tcHRlIGxhIHZpbGxlLiBJbCBlc3QgaW5k6W5pYWJsZSBxdWUgbCdvZmZyZSBzcG9ydGl2ZSBlc3QgZm9pc29ubmFudGUgcG91ciBsZXMgcXVlbHF1ZSAyNSAwMDAgTHVuZWxsb2lzLiAgk1VuZSB2aWxsZSBzcG9ydGl2ZZQgIFVuZSBkZW5zaXTpIGRlIG1hcmNo6SBxdWkgc2UganVzdGlmaWUgcGFyIGxhIGRlbWFuZGUgZ3JhbmRpc3NhbnRlIGRlIGxhIGNsaWVudOhsZSwgc2Vsb24gRGF2aWQsIHJlc3BvbnNhYmxlIGRlIEtlZXAgQ29vbCA6IJNRdWFuZCBqZSBzdWlzIGFycml26SBlbiAyMDE1LCBqJ2FpIGTpY291dmVydCB1bmUgdmlsbGUgcGFydGljdWxp6HJlbWVudCBzcG9ydGl2ZSwgYW5ub25jZS10LWlsLi4uLg==

Avec la fin de la période estivale et le lancement de la rentrée scolaire, la période automnale est aussi synonyme de rentrée sportive. RunUp Forme, Keep Cool, l'Orange Bleue, Viva Fitness, CrossFit 2 Frères, Vita Liberté… il y a l'embarras du choix à Lunel pour attaquer sa remise en forme. Et c'est sans compter les nombreuses associations sportives que compte la ville. Il est indéniable que l'offre sportive est foisonnante pour les quelque 25 000 Lunellois.

“Une ville sportive”

Une densité de marché qui se justifie par la demande grandissante de la clientèle, selon David, responsable de Keep Cool : “Quand je suis arrivé en 2015, j'ai découvert une ville particulièrement sportive, annonce-t-il. Les habitants sont très fidèles au sport par ici.”

Pour le récent atelier de CrossFit de la ville, CrossFit 2 Frères (lire l'encadré), les entraîneurs, Vinis et Morgan, estiment avoir “rapidement trouvé un public de grands sportifs et de novices, sans même avoir entamé de campagne de publicité”.

Une constatation qui résonne dans les chiffres. Yannick Roussakoff, franchisé de Vitalité, dénombre “91 nouveaux adhérents en septembre au lieu de la vingtaine habituelle des autres mois de l'année”. Chez Viva Fitness, l'analyse est la même. “Il y a la rentrée scolaire de septembre et la rentrée de culpabilité en janvier qui font augmenter les inscriptions”, s'amuse Nathalie, professeur et cogérante avec son mari Égide.

L'ensemble des professionnels attestent d'une dernière hausse de fréquentation dans les mois précédant la période estivale dans l'objectif de “perdre du poids pour les trois quarts”, raconte Yannick. Mais aussi dans l'idée de “ressembler à Schwarzenegger pour les jeunes”, plaisante-t-il.

Bonnes résolutions ponctuelles ou définitives, nul ne peut le déterminer. Un seul élément est unanime : nombreux sont ceux qui franchissent le pas selon un calendrier annuel, établissant ainsi une certaine “périodicité du sport”, que souligne Yannick, installé sur Lunel depuis deux ans.

À chacun son public

“C'est vrai qu'on est nombreux à proposer une activité sportive sur Lunel”, reconnaît Jonathan, coach chez Keep Cool. Alors que l'Orange Bleue est à Lunel-Viel et que RunUp Forme aux portes de la Mer de Lunel, les salles de sport de Keep Cool, Viva Fitness et Vita Liberté se font directement concurrence.

Les enseignes se côtoient dans un rayon de quelques centaines de mètres. Une proximité concurrentielle qui ne l'est pas vraiment selon ces centres. Même si “tout le monde est en mesure de se mettre au sport”, comme l'exprime avec bienveillance Vinis, “chaque structure se différencie par son service”, indique David.

Personnes âgées ou adolescents, hommes ou femmes, novices ou experts, “tout le monde a de quoi y trouver son compte” en fonction de ses aspirations et aptitudes, exprime Morgan, qui se veut rassurant.

La discorde du service entre indépendants et franchisés

“Pour moi, nous n'avons pas de concurrent direct puisque nous ne proposons pas la même chose”, affirme Égide, entre deux conseils prodigués. Dans leur cadre familial, implanté depuis 40 ans, les responsables de Viva Fitness considèrent que “les chaînes de sport proposent de la location de matériel mais pas de l'accompagnement et du conseil”.

L'argument avancé repose sur leur capacité à “répondre en fonction des besoins spécifiques de chacun, quel que soit l'âge, la condition physique ou le handicap”, développe Égide tout en présentant sa cage de préparation physique et de rééducation.

Il est vrai que les salles de sport nationales mettent à disposition des machines dernière génération grandement appréciées par le public. Toutefois, aucun haltère n'est présent car les risques de blessures sont trop importants. Ce qui n'est pas le cas dans les salles indépendantes telles que Viva Fitness où “il y a toujours quelqu'un pour vous guider”, sourcille Nathalie.

L'avantage indéniable des chaînes de sport repose tout de même sur “la possibilité de faire du sport dans plusieurs villes et presque à toute heure”, rétorque Yannick Roussakoff. Un raisonnement fortifié par David qui souligne l'importance “de pouvoir adapter sa séance de sport à l'emploi du temps de tous, dans un lieu où il n'y a pas de jugement puisqu'aucun miroir n'est présent”.

C'est un peu à celui qui aura le dernier mot et le meilleur argument. Bien qu'ils soient tous valables, nul n'est plus légitime qu'un autre. En conséquence, laissons l'arbitraire aux clients, qui auront à choisir entre une démarche pratique et une approche familiale.

Il vous reste 85% de cet article à lire Cet article est reservé aux abonnés Déjà abonné ? se connecter Midi Libre en illimité sur tous vos écrans

Le journal disponible dès 6h + l'accès en continu à la zone premium + l'édition spéciale du soir en exclusivité.

Abonnez-vous à partir de 1€

En savoir plus sur :

                

Most Popular

To Top