Voyage

Un enfant de 10 ans contracte la rage lors d'un voyage au Sri Lanka

L'enfant de 10 ans, originaire du Rhône, a été mordu en août dernier par un chiot porteur de la rage sur une plage du Sri Lanka, a annoncé mardi l'agence régionale de santé (ARS) Auvergne-Rhône-Alpes. Lundi, le centre national de référence (CNR) de la rage à l'Institut Pasteur a confirmé le diagnostic pour cet enfant hospitalisé depuis le 4 octobre. Aucun détail sur son état de santé n'a été donné par l'ARS, qui précise avoir identifié les personnes « ayant été au contact direct avec la salive ou les larmes de cet enfant », compte tenu de la « gravité » de la maladie déclarée.

Une soixantaine d'élèves et de personnels de l'école fréquentée dans le Rhône par l'enfant de dix ans devront consulter en vue d'une éventuelle vaccination, a annoncé mardi l'agence régionale de Santé (ARS). Cette consultation se fera avec le centre antirabique du département qui décidera de l'opportunité d'une vaccination. Les élèves de deux classes de CM1-CM2 et de CM2 de cette école, située dans une petite commune au nord de Lyon, sont notamment concernés, a précisé lors d'une conférence de presse le Dr Bruno Morel, directeur délégué Veille et Alertes sanitaires à l'ARS Auvergne-Rhône-Alpes. Au total, une « soixantaine de personnes », dont les membres de la famille du petit malade, sont concernées, selon le Dr Marie-Laure Leroux, médecin conseiller technique de l'Éducation nationale, pour avoir été en contact avec l'enfant dans les 15 jours ayant précédé l'apparition des premiers symptômes de la maladie. Cette campagne sera précédée mercredi d'une réunion d'information avec les parents d'élèves, prévenus par courrier. « Deux médecins et une infirmière sont sur place depuis lundi pour écouter et répondre aux questions des élèves et des adultes aussi car c'est une épreuve difficile », a dit Marie-Laure Leroux.

Un cas de rage en 2014

L'incubation chez l'homme de cette maladie, « presque constamment mortelle une fois déclarée », varie entre 20 à 60 jours en moyenne, rappelle l'ARS. La France est reconnue indemne de la rage mais, depuis 1970, 23 cas ont été observés sur des personnes après des retours de voyages à l'étranger. Le dernier remontait à 2014, selon le site internet de l'Institut national de veille sanitaire (InVS).

Dans le monde, elle est toujours responsable de quelque 59 000 décès par an, en l'absence de traitement efficace une fois la maladie déclarée.

En savoir plus sur :

                

Most Popular

To Top
Secured By miniOrange